L’UE adopte une nouvelle loi sur les marchés numériques obligera Apple à autoriser les magasins tiers et les applications de chargement latéral sur iOS

DMA : une nouvelle loi sur les marchés numériques

L’UE adopte une nouvelle loi sur les marchés numériques obligera Apple à autoriser les magasins tiers et les applications de chargement latéral sur iOS

En mai 2022, nous avons annoncé que l’Union européenne introduirait une loi sur les marchés numériques (DMA) qui obligerait Apple à autoriser l’installation d’applications iOS à partir de sources tierces. La nouvelle loi a maintenant été adoptée par l’UE.

Une nouvelle législation européenne autorise l’installation d’applications à partir de magasins tiers sur iOS

La nouvelle loi antitrust stipule que les contrôleurs d’accès, c’est-à-dire les contrôleurs des grandes plates-formes en ligne (telles qu’Apple, Google, Microsoft, etc.) doivent autoriser l’installation d’applications logicielles de tiers. Cela signifie que les utilisateurs peuvent télécharger des applications iOS sur leur iPhone et leur iPad.

La nouvelle loi de la DMA mentionne également que les utilisateurs doivent pouvoir accéder à ces applications (lire téléchargement) à partir d’autres services que celui du gatekeeper, c’est-à-dire l’App Store. Ainsi, nous pourrions voir la montée en puissance de nouveaux magasins d’applications sur iOS, tout comme nous l’avons fait sur Android et Windows, tels que l’App Store d’Amazon, Google Play Store, Microsoft Store, F-Droid.

Cela ne s’arrête pas là, la loi exige également que les contrôleurs d’accès permettent aux utilisateurs de choisir s’ils souhaitent définir l’application téléchargée ou l’App Store comme choix par défaut. Le contrôleur d’accès devra s’assurer que les utilisateurs peuvent facilement modifier l’application par défaut. Peut-être que l’UE devrait également jeter un œil à Windows 11 ?

La loi donne une certaine latitude aux gardiens pour des raisons de sécurité. Si un gardien découvre qu’une application ou un magasin tiers met en danger l’intégrité du matériel ou du système d’exploitation, il sera autorisé à prendre des mesures contre ces applications. Cela signifie qu’Apple pourrait bloquer les applications malveillantes et/ou les supprimer automatiquement.

DMA : une nouvelle loi sur les marchés numériques - Article 6, section 4, DMA de l'UE

Vous pouvez trouver la documentation sur la nouvelle loi sur le Site web de l’UE. Faites défiler vers le bas de la page et cliquez sur le bouton de téléchargement à côté de « Loi de règlement sur les marchés numériques« . C’est un peu long à lire, la partie sur l’autorisation d’installation d’applications à partir de magasins tiers se trouve sous l’article 6, section 4. Le communiqué de presse de la DMA est disponible ici.

Le DMA entrera dans la phase de mise en œuvre à partir du 2 mai 2023. Il oblige les contrôleurs d’accès potentiels à notifier leurs services de plate-forme de base à la Commission européenne d’ici le 3 juillet 2023. Une fois qu’un contrôleur d’accès aura été désigné, il devra se conformer aux exigences du DMA d’ici le 3 juillet 2023. 6 mars 2024.

(passant par MacRumeurs)

Interopérabilité d’iMessage

L’article 7 de la nouvelle loi sur les marchés numériques (lien ci-dessus) stipule qu’un gatekeeper doit permettre l’interopérabilité des fonctionnalités de base de ses communications interpersonnelles indépendantes du numéro avec celles de services tiers.

DMA : une nouvelle loi sur les marchés numériques - Article 7 de l'AMD de l'UE

Cela signifie donc que iMessage, WhatsApp, Telegram, Signal, etc. devront permettre aux utilisateurs de communiquer entre les applications pour envoyer des messages et passer des appels vocaux et des appels vidéo. Cela devrait être intéressant.

L’UE a eu le vent en poupe ces derniers temps, il passer une loi en octobre pour faire de l’USB Type-C le port de charge standard des téléphones portables. Cela a mis fin au port Lightning sur les iPhones d’Apple. La loi entrera en vigueur en 2024.

Cette nouvelle loi européenne pourrait changer la donne, Apple a toujours joué la carte de la sécurité pour défendre sa politique concernant l’App Store, affirmant que l’autorisation d’applications provenant de sources tierces pourrait rendre les iPhones vulnérables aux risques de sécurité. Cet argument n’a jamais vraiment eu de sens, car Apple a toujours permis aux utilisateurs de télécharger des applications sur macOS, c’est en quelque sorte sécurisé, mais iOS ne l’est pas ? La vraie raison pour laquelle la société Cupertino ne voulait pas autoriser les applications iOS provenant de sources tierces est assez simple, elle gagne une douce commission de 30 % sur chaque transaction effectuée via l’App Store.

C’est quelque chose qui a été critiqué par de nombreux développeurs et entreprises, Epic Games a perdu une bataille juridique dans le but de trouver une solution à ce problème. Pavel Durov, le fondateur de Telegram, s’est également prononcé particulièrement sur les frais de l’App Store car ils ont affecté les revenus de l’abonnement premium de la messagerie instantanée. De plus, Apple facture également aux développeurs d’applications des frais annuels uniquement pour héberger leur logiciel sur l’App Store, même si une application est entièrement gratuite. C’est donc une grande victoire pour les utilisateurs et les développeurs.

Articles Similaires
1 De 336
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter
Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales directement dans votre boîte de réception.
Vous pouvez vous désabonner à tout moment

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More